Bienvenue sur le site de Christos Doulkeridis
doulkeridis.be
qui suis-je ?
calle transparente
dossiers
calle transparente
projets
calle transparente
vos questions
calle transparente
se rencontrer
calle transparente
mon décodeur
calle transparente
liens
calle transparente
écologie
calle transparente
Bruxelles
calle transparente
économie
calle transparente
culture
calle transparente
mobilité
calle transparente
éducation
calle transparente
PARL FR BXL
calle transparente
institutionnel
calle transparente
logement
calle transparente
                   
                   
                   
logo ecolo                  
Discours du Roi Albert II aux Autorités du pays
|

J’étais donc invité ce matin, en tant que Président du Parlement francophone bruxellois, au Palais Royal pour y entendre le discours du Roi à l’occasion du nouvel an. Je vous fait partager son message. J’ose le dire, son discours était parfait. Rien à y redire et, au contraire, il a fait la démonstration d’un grand courage politique sans langue de bois. Autant en profiter.


Monsieur le Premier Ministre,
Au nom des Autorités de notre pays, vous m’avez exprimé, ainsi qu’à ma famille, des vœux très aimables à l’occasion du Nouvel An. Je tiens à vous en remercier bien vivement.

Mesdames, Messieurs,
L’évolution de nos sociétés nous présente de nombreux contrastes. La globalisation économique s’accélère et l’expression « le monde est mon village » devient progressivement une réalité. Beaucoup voyaient dans cette mondialisation un stimulant en faveur de la paix. Mais nous voyons presque journellement les terribles ravages occasionnés par de nombreux conflits régionaux. Pensons au Proche-Orient, au Moyen-Orient, à l’Afrique centrale. Par ailleurs, dans des ensembles stables, comme l’Union européenne, des réflexes nationalistes reprennent force, et dans les états nationaux les tensions entre groupes sociaux ou entre régions s’accentuent.
Dans ce dernier domaine j’aimerais aborder deux questions et examiner avec vous comment y faire face. La première a trait aux tensions existant entre certains groupes allochtones et la population d’origine autochtone. Nous avons tous vu les images montrant les violences perpétrées dans un pays proche, par des groupes de jeunes. Les tensions qui ont explosé là-bas, existent à l’état plus ou moins latent dans d’autres pays européens. Elles sont d’ailleurs exploitées par des partis extrémistes. Que devons nous faire vis-à-vis de telles situations ? L’Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes fait, me semble-t-il, un certain nombre de réflexions très adéquates. Il attribue une bonne partie de ces tensions au fait qu’un grand nombre de jeunes allochtones ne voient plus aucune perspective d’avenir dans nos sociétés.

Quelles sont dès lors les politiques que nous devons mener dans nos pays européens ?
Il me semble qu’une première priorité consiste à intensifier la formation des jeunes d’origine étrangère, spécialement dans nos grandes villes, et de stimuler l’obtention d’un emploi pour ces jeunes. L’enseignement et l’emploi sont souvent les clefs d’une bonne intégration. Un autre facteur non négligeable réside dans l’encouragement de la construction ou de la rénovation de logements favorisant réellement une vie décente et en contact avec le monde environnant. Par ailleurs, nous devons par l’enseignement convaincre les jeunes du respect nécessaire des valeurs de base de notre société sans quoi la vie commune risque le désordre et l’injustice. Parmi ces valeurs je pense spécialement à la démocratie, à la tolérance, au respect de la femme, et à la sécurité de chacun.
Assurer la sécurité des citoyens est une obligation fondamentale de tout Etat. Si, malgré les efforts, les tensions deviennent aiguës, c’est encore à la prévention qu’il faut recourir en premier lieu.
A ce propos, je voudrais rendre hommage aux travailleurs sociaux de rue qui font chez nous un travail remarquable de proximité et d’écoute des jeunes en difficulté. Je me réjouis de la promesse qui leur a été faite, dans le cadre des contrats de sécurité des villes, de rendre leur statut plus stable. Les efforts pour favoriser l’intégration et éviter la discorde peuvent se révéler impuissants à éviter le conflit. Alors il appartient aux forces de police de rétablir et de maintenir l’ordre, et à la justice déjuger les fautes commises. Quant à ceux qui, d’un bord ou d’un autre, s’emploient à exploiter ces difficultés pour répandre le racisme ou l’intégrisme, ils doivent savoir qu’eux aussi s’exposent à des poursuites judiciaires. On ne bâtit pas une société sur la haine et le mépris de l’autre. La seconde question que je voudrais développer avec vous est celle des tensions entre régions. Elles se présentent dans de nombreux pays européens et nous non plus n’y échappons pas ... comme vous le savez. Elles sont dans bien des cas accentuées par la diffusion de deux constatations. D’une part l’existence d’un écart de richesse et d’autre part la pratique de politiques différentes. Ces situations inégales, entraînant des transferts entre régions, sont communes à beaucoup de pays en Europe. La réponse à cet état de choses ne réside pas dans un repli sur soi de chaque région ; non plus dans le développement de sous-nationalismes, ni dans un séparatisme explicite ou feutré. Les ruptures, les séparations, sont en général coûteuses pour tous les acteurs, qu’ils soient du côté des moins prospères ou des plus riches. Et n’oublions surtout pas les coûts humains qu’on aurait grand tort de sous-estimer. Il ne faut pas se bercer d’illusions à ce sujet.
La réponse aux différences de prospérité et de politiques réside, tant au niveau européen que national ou régional dans l’élaboration de stratégies de développement qui soient béné-fiques pour chacune de ces entités. Il est vrai qu’à tous ces niveaux, il y a des choses à faire. Des conservatismes, des résistances au changement sont à vaincre, des abus à éliminer.
Des efforts ont déjà été entrepris dans l’Union européenne et dans notre pays. La stratégie de Lisbonne doit être accélérée et intensifiée, notamment en matière d’enseignement, de recherche et d’innovation. Il importe également de privilégier l’emploi par rapport à l’accroissement des rémunérations et d’apporter des solutions aux conséquences du vieillissement de la population. Il y a aussi des dérives à combattre comme les fraudes fiscales et sociales ou les abus de biens sociaux.

Au sein de notre pays des efforts importants ont été faits dans chaque région et au niveau fédéral. Je pense notamment à l’accroissement sensible des budgets de recherche en Flandre, au lancement du plan Marshall en Wallonie ou au développement international de Bruxelles, et sur le plan fédéral aux efforts pour relever le taux d’activité de la population, notamment par le pacte de solidarité entre les générations.
Certes il y a encore beaucoup de pain sur la planche, mais de grâce, ne tirons pas de conclusions hâtives basées sur l’observation de certaines différences économiques. Regardons les défis avec courage, et valorisons au maximum les atouts que nous possédons. Je pense, par exemple, au rôle international de Bruxelles et de tout notre pays qui pourrait être compromis par un séparatisme néfaste et anachronique.

C’est en décidant tous ensemble de relever ces défis, et confiants que nous y parviendrons, que la Reine et moi et toute notre famille, vous souhaitons à toutes et à tous une très heureuse année.

Discours du Roi Albert II aux Autorités du pays

ligne pointillee
Discours du Roi Albert II aux Autorités du pays Après le discour du Roi, Ne doit-on pas se reposer la question d’un état fédéral dans un pays si petit et avec autant de difficulté de création d’emploi ? Ne devrait-on pas réactualisé notre bonne vieille devise "l’Union fait la Force" ? Un référendum sur la séparation des communautés pourrais bien créer des surprises.
Cogénération : économiquement rentable et énergiquement économe
RENTREE POLITIQUE SUR TELE BRUXELLES
Η συνέντευξη του Χρήστου Δουλκερίδη στο blog του Καπλάνι (TA NEA)
Politique en matière d’expulsions de logement
Logements moyens à Bruxelles, quelles perspectives ?
Vendredi 13 juin 2008 : 5ème édition de Vert pop
Pompiers : Doulkeridis outré par l’accord fédéral (DH)
Accord sur le projet de budget 2010 de la Cocof
DISCOURS DU ROI ALBERT II (20 juillet 2008)
Inspection scolaire en périphérie : une motion en conflit d’intérêts pour trouver une solution négociée
BHV : Le Parlement francophone bruxellois débloque la Belgique
>