Bienvenue sur le site de Christos Doulkeridis
doulkeridis.be
qui suis-je ?
calle transparente
dossiers
calle transparente
projets
calle transparente
vos questions
calle transparente
se rencontrer
calle transparente
mon décodeur
calle transparente
liens
calle transparente
écologie
calle transparente
Bruxelles
calle transparente
économie
calle transparente
culture
calle transparente
mobilité
calle transparente
éducation
calle transparente
PARL FR BXL
calle transparente
institutionnel
calle transparente
logement
calle transparente
                   
                   
                   
logo ecolo                  
Nouvel éclairage sur le chômage des Bruxellois
|


Malgré les nombreux efforts déployés ces dernières années par le Gouvernement bruxellois, le nombre de personnes sans emploi dans notre région demeure particulièrement inquiétant. Le taux de chômage y avoisine en effet les 20% et les dernières statistiques d’Eurostat en matière d’emploi placent Bruxelles, avec 35%, parmi les dix régions où le taux de chômage des jeunes de moins de 26 ans est le plus important.

Les études cherchant à comprendre les raisons de cette situation et proposant des pistes de solutions ne manquent pas. Hervé Devillé, docteur en Sciences économiques de l’Université Libre de Bruxelles, professeur à l’Université catholique de Lille et attaché au Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale vient lui aussi de se pencher sur la problématique de l’emploi à Bruxelles. Sa recherche, intitulée « Le chômage bruxellois entre inadéquation de qualification et déqualification en cascade », analyse les évolutions de la flexibilité qualitative du marché du travail de la Région de Bruxelles-Capitale depuis le début des années 90.

Traditionnellement, explique le chercheur, le taux de chômage élevé que connaît Bruxelles est analysé selon deux approches :

• Soit est pointée l’inadéquation entre le type d’emplois proposé et le niveau de qualification d’une majorité de Bruxellois. Sont alors proposées comme solutions l’intensification de la formation et le développement des secteurs d’activité centrés sur les niveaux de qualification les plus bas.

• Soit est soulignée l’insuffisance générale de l’offre d’emplois dans notre région. Cette pénurie déboucherait sur une concurrence entre demandeurs d’emploi et pousserait les plus qualifiés à postuler pour des postes ne requérant pas leur niveau de compétence. S’ensuivrait alors une déqualification en cascade, chaque niveau de qualification cherchant un emploi dans le segment inférieur. Ce processus laisserait le niveau le plus bas de qualification (niveau des primaires) totalement désarmé puisque incapable, lui de se déqualifier. A cette situation, on oppose traditionnellement la mise en oeuvre de politiques de relance non sélectives de l’emploi permettant à chacun de trouver du travail correspondant à son niveau de compétence.

Jusqu’à présent, les études économiques du marché de l’emploi se basaient sur l’un ou l’autre système explicatif aboutissant souvent à des recommandations divergentes. Pour Hervé Devillé, loin de se contredire ces deux mécanismes se conjuguent sur le marché de l’emploi. Il est donc nécessaire de combiner les deux approches si l’on veut aboutir à des politiques de relance de l’emploi plus réalistes et efficaces en Région bruxelloise. En effet, une politique qui ne se focaliserait que sur les seuls emplois peu qualifiés, sans se soucier d’une promotion généralisée de l’emploi aboutirait, en cas de récession, à un glissement des demandeurs d’emploi plus qualifiés vers les segments destinés aux travailleurs moins qualifiés.

L’étude de Hervé Devillé est téléchargeable sur le site de Brussels Studies :
www.brusselsstudies.be

Nouvel éclairage sur le chômage des Bruxellois

Journée de la femme : Ecolo propose une loi pour sortir enfin du sexisme
Les accords de majorité à Bruxelles
Et si vous souteniez un peu ECOLO en devenant coopérateur de l’Espace Kegeljan ?
Bruxelles : de nouveaux outils pour lutter contre le chômage des jeunes
Tourisme : "L’autre ambition européenne"
Tourisme : synergies entre les Ministres Paul Furlan et Christos Doulkeridis
Cocof : Accord sur l’ajustement budgétaire 2009
« La transition verte passera par la formation »
L’ESSOR DE L’ECONOMIE VERTE POURRAIT CREER DES DIZAINES DE MILLIONS D’« EMPLOIS VERTS »
>