Bienvenue sur le site de Christos Doulkeridis
doulkeridis.be
qui suis-je ?
calle transparente
dossiers
calle transparente
projets
calle transparente
vos questions
calle transparente
se rencontrer
calle transparente
mon décodeur
calle transparente
liens
calle transparente
175 Belges ...
calle transparente
Hypermobil
calle transparente
SLOW FOOD
calle transparente
                   
                   
                   
logo ecolo                  
Des Belges ont commencé à sauver la planète - Jean-Pascal VAN YPERSELE - Louvain-la-Neuve
|


Avertissement : Ce texte informatif servira à la rédaction du livre "Des belges ont commencé à sauver la planète".

Si on ne fait rien, la température de la Terre augmentera de 1,1° à 6,4°C d’ici 2100. Le niveau des océans pourrait s’élever de 0,18 m à 0,59 m par rapport à la période 1980-1999. Vagues de chaleur et fortes précipitations deviendront plus fréquentes et les cyclones tropicaux, typhons et ouragans, plus intenses...Voici quelques unes des prévisions du GIEC, Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du Climat. J’ai eu l’immense plaisir d’accueillir mardi dernier Jean-Pascal Van Ypersele, éminent scientifique Belge et membre de ce groupe dont l’influence et le savoir ont enfin été couronnées, très récemment, par le prix Nobel de la Paix 2007. La rencontre a eu lieu quelques jour avant son départ pour assister à la conférence internationale sur le climat à Bali.

Jean-Pascal Van Ypersele travaille inlassablement sur les questions climatiques, qu’il définit, étudie, confronte, vulgarise, transmet, encore et encore. Professeur de climatologie et de sciences de l’environnement à l’UCL, il est aussi membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat GIEC, qui a reçu le prix Nobel de la Paix 2007.

I. Van Ypersele "en bref"

Le Pr Jean-Pascal van Ypersele est Docteur en sciences physiques, climatologue et Professeur à l’UCL (Institut d’Astronomie et de Géophysique G. Lemaître). Il s’est spécialisé dans la simulation des changements climatiques à l’aide de modèles et a notamment travaillé au National Center for Atmospheric Research (NCAR, Boulder, Colorado).

Il s’intéresse particulièrement à l’effet des activités humaines sur le climat, et à l’impact des changements climatiques sur les écosystèmes et les activités humaines. Avec des scientifiques de plusieurs disciplines, il tente de développer une vision d’ensemble des questions d’environnement et de développement durable.

Outre ses cours à l’UCL, il est responsable du DES de l’UCL en Science et Gestion de l’Environnement. Il est l’auteur de nombreux articles scientifiques et de publications de vulgarisation à propos des changements climatiques et du développement durable. Il est en particulier l’un des "Lead Authors" du 3ème rapport d’évaluation du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, ou IPCC en anglais, créé par les Nations Unies).

Il est membre du Conseil Fédéral du Développement Durable et en préside le Groupe de travail "Energie et climat". Il y stimule un dialogue constructif entre "acteurs" d’opinions parfois très divergentes. Depuis Rio (1992), il a également fait partie de (ou dirigé) la délégation belge à de nombreuses conférences des Nations Unies sur le climat et le développement durable, notamment comme représentant des Services fédéraux de la politique scientifique. En 2001, il a été conseiller scientifique pour les matières climatiques auprès de la Présidence belge de l’Union européenne.

En 2002, il a été élu membre du Bureau du GIEC et Vice-président du Groupe de travail II du GIEC (impacts des changements climatiques). Interenvironnement-Wallonie lui a décerné en 1999 une "Palme pour l’environnement". Le Conseil de l’éducation permanente de l’ULB (CEPULB) l’a nominé pour le Prix Jean Teghem (vulgarisation scientifique) en 2000. En 2005, il a été nommé membre de la Commission "Energie 2030".

II. Le GIEC, c’est quoi ?

Créé en 1988, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (en anglais IPCC pour Intergovernmental Panel on Climate Change) a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation.

Il compte des centaines d’experts du monde entier, issus des universités, des centres de recherche, des entreprises, des associations de défense de l’environnement ou d’autres organismes.

Depuis sa création, le GIEC a produit une série de rapports qui font maintenant référence, de plus en plus utilisés par les décideurs, les scientifiques, les étudiants et d’autres spécialistes. Ces évaluations sur l’état des connaissances relatives aux changements climatiques, permettent de dessiner différents scénarios possibles et leurs conséquences respectives aux niveaux humain et environnemental.

Pour en savoir plus :
www.climate.be/ipcc
www.astr.ucl.ac.be -

Des Belges ont commencé à sauver la planète - Jean-Pascal VAN YPERSELE - Louvain-la-Neuve

AUTANT DE COCOLO EN 2010 QU’EN 2007
Discours prononcé suite aux attentats de Londres
Le train des Mille vers Buchenwald : la jeunesse européenne sur les rails de la liberté et de la démocratie
Pourquoi faut-il, malgré Kyoto, sortir du nucléaire ?
Votre question : Où en est le projet de réduction des droits d’enregistrement à Bruxelles ?
J’étais l’invité politique de Télé-Bruxelles (30/09/2007)
Des Belges ont commencé à sauver la planète : Jean FRISON
Des Belges ont commencé à sauver la planète - Marie CABANAC - Bruxelles
"Ces Belges qui changent le monde" aux Rencontres Ecologiques d’Eté 2007
Visitez et devenez actionnaire de la station antarctique Princess Elisabeth
Des Belges ont commencé à sauver la planète : Sebastian MORENO - Bruxelles
< >